© 2016 ISPB - Parcours de soins personnalisés, du dépistage jusqu'à l'après-traitement. - Mentions légales
les étapes du parcours de soins

La kinésithérapie

A la suite d’une chirurgie du sein, zonectomie, curage ganglionnaire, ou reconstruction mammaire, vous allez bénéficier de séances de kinésithérapie adaptées à votre type d’intervention. Douce et progressive, cette rééducation va vous permettre de récupérer l’amplitude des mouvements de votre bras,  souvent diminuée  après ce type de chirurgie. Commencer rapidement et avec assiduité vous aidera à récupérer très rapidement.

Après la chirurgie, pendant l’hospitalisation

En post opératoire immédiat la rééducation est débutée précocement, souvent dès le lendemain de votre opération. Son rôle est essentiel, elle vous permettra une bonne récupération de  mobilité de l’épaule.

À cette période, la kinésithérapie a une double valeur d’accompagnement et de rééducation. Votre kinésithérapeute est là pour vous aider à récupérer de la souplesse et pourra répondre à vos questions concernant les suites opératoires liées à votre chirurgie.

Il pourra vous rassurer et vous guider quant à l’utilisation de votre bras dans les gestes de la vie quotidienne et dans la reprise de vos activités professionnelles et sportives. 

Il vous donnera des conseils et vous montrera des exercices tout à fait adaptés au type de votre intervention. Un dépliant vous sera remis pendant votre hospitalisation.

De retour à domicile

La rééducation se poursuit lorsque vous rentrez chez vous. Afin d’optimiser votre récupération, continuer vos exercices jusqu’à ce que votre kinésithérapeute libéral prenne le relai.

Une kinésithérapie adaptée à votre chirurgie vous sera proposée, elle devra être poursuivie jusqu’à la récupération complète de la mobilité de votre épaule tout en améliorant la souplesse de vos cicatrices.

Votre kinésithérapeute, spécialisé dans la rééducation après chirurgie du sein, pourra déceler et traiter précocement d’éventuelles complications.

Avant une reconstruction mammaire, des séances de kinésithérapie pourront vous être prescrites afin  de préparer votre peau au geste chirurgical.

Apparition des thromboses lymphatiques superficielles

Après une chirurgie ganglionnaire, de fins cordons situés sur la partie interne du bras et s’étirant de la cicatrice de l’aisselle vers le coude (parfois jusqu’au poignet) peuvent apparaitre. Ce sont des thromboses lymphatiques superficielles (TSL). Leur survenue répond à un phénomène de cicatrisation normal des capillaires lymphatiques. Ces TLS apparaissent en moyenne au bout de 10 jours à 3 semaines après l’opération.

Ces TSL peuvent être douloureuses et peuvent vous empêcher de bouger librement votre bras. Il est important de les traiter rapidement dès leur apparition. Un kinésithérapeute spécialisé saura vous les étirer en douceur et vous permettra de retrouver toute l’amplitude de vos mouvements.

Apparition d’un lymphœdème

A la suite d’un curage ganglionnaire associé ou non à un traitement par radiothérapie, la modification du drainage lymphatique du bras côté sein opéré peut entrainer à plus ou moins long terme, l’apparition d’un gonflement (œdème) du bras. Une fiche  « prévention du lymphœdème » vous a été remise lors de votre hospitalisation. Suivre ces conseils d’hygiène de vie vous permettra de limiter la survenue d’une infection du système lymphatique, appelée érysipèle. Apprenez à la reconnaitre : gonflement, rougeur, douleur et état fébrile doivent vous alerter.

Dès l’apparition des premiers signes d’un lymphœdème  (lourdeur du bras, gonflements), ou d’une érysipèle,  vous devez consulter votre médecin traitant qui vous prescrira un traitement adapté et des séances de kinésithérapie à base de drainage lymphatique manuel. Votre kinésithérapeute complètera éventuellement ces soins par des bandages, de la pressothérapie et une contention appelée manchon si cela s’avère nécessaire. 

NOUS CONTACTER

Pour contacter un membre particulier de l'équipe soignante de l'ISPB,
merci de cliquer sur la catégorie de personnel que vous voulez joindre.
Pour un premier rendez-vous, merci de contacter une des infirmières coordinatrices.